Exposition permanenteMusée Maritime

Conférence de Jacques Nozeran, organisée par le Cercle de la Ville de Nouméa

Mercredi 15 Octobre 2008 à 18h

Le Cercle du musée de la ville et le Musée de l'histoire maritime vous proposent de remonter à l'époque où les routes n'existaient pas encore en Nouvelle-Calédonie. Le bateau était le seul moyen pour se rendre dans les différents centres de brousse. Il fallait alors 7 jours pour aller de Nouméa à Pam! Les bateaux de Tour de côtes assuraient ces liaisons. Transportant à la fois hommes et marchandises, ils étaient toujours les bienvenus. Bien des aventures leur arrivèrent.

C'est leur épopée que le commandant Jacques Nozeran et son chef mécanicien Christophe Delorme nous conteront avec un diaporama basé sur des photographies d'époque et des souvenirs collectés auprès des anciens. 

 

Conférence animée par Marc Oremus, Mardi 1er juillet 2008 à 18h

De nombreuses espèces de dauphins se rencontrent dans les eaux du Pacifique Sud. Cependant, de par l'isolement de cette région et la difficulté à y mener des études,  leurs populations et leur mode de vie restent très mal connus à ce jour.

De quels outils dispose-t-on pour les étudier et que nous apportent les connaissances actuelles sur ces populations ?

A l'appui d'un projet récemment initié sur les populations de dauphin du lagon de Nouvelle-Calédonie, Marc Oremus, biologiste marin spécialiste de l'étude de ces populations nous invite à mieux connaître et reconnaître ces animaux pour mieux les préserver.

Marc Oremus est biologiste marin, PhD obtenu à l'Université d'Auckland, spécialisé dans l'étude génétique et démographique de la structure des populations et du système social des dauphins. Il a conduit plusieurs missions d'étude sur les cétacés dans le Pacifique Sud, incluant la Polynésie Française, Samoa et Tuvalu. Il travaille sur les échouages en masse de globicéphales en Nouvelle Zélande et Tasmanie.

 

 

Conférence animée par Vincent Guigueno, Jeudi 10 Avril 2008 à 18h

Historien, spécialiste de la signalisation maritime, ancien élève de l'Ecole Polytechnique et de l'Ecole des Ponts, chercheur au Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire (MEDAT)

Le phare de l'îlot Amédée est une merveille du monde industriel. Dernier grand phare métallique français depuis la destruction en 1944 de son "jumeau", les Roches-Douvres, il porte en lui une partie de l'histoire de la signalisation maritime du XIXè siècle, de Paris où il fut imaginé, puis construit, à la Nouvelle-Calédonie où il fut allumé le 15 novembre 1865. La conférence s'attache à l'histoire des institutions et des hommes qui ont conçu cette élégante tour, devenue une icône du monde des phares.

 

Conférence par Gabriel Valet, Mardi 4 décembre 2007 à 18h00

Gabriel Valet nous fait partager la vie extraordinaire et mal connue du contre-amiral Joseph du Bouzet, qui fut le premier grand Gouverneur de la Nouvelle-Calédonie de 1855 à 1858 (il était le Chef de la subdivision navale de l'Océanie et avait également en charge Tahiti et les Iles Marquises).

Il avait sillonné toutes les mers et accompli d'étonnants exploits dans notre région. L'oeuvre du Gouverneur du Bouzet sera considérable en ce début de colonisation. C'est lui qui mettra en place les structures administratives du nouveau territoire, entouré par Coffyn, Testard, Conneau, Lebris, Bouquet de la Grye, etc.

Homme de sagesse et de fermeté, ce fut un grand marin au service de la France.

 

Conférence de Jacques Nozeran, organisée par le cercle de la Ville de Nouméa, mercredi 14 novembre 2007

Le commandant Nozeran, membre de l’Association méditerranéenne des amis des paquebots, s’appuiera sur un diaporama réalisé par Christophe Delorme pour retracer le rôle des navires marchands durant les conflits mondiaux et fera le point sur les plus grands naufrages. Une partie de la conférence traitera de l’arrivée en Calédonie du premier remorqueur, du convoi du Capitaine Illiaquer, du Cap Tarifa, tous deux minéraliers de la SLN, et du liner le Polynésien qui ont été escortés par l’aviso Chevreuil, pendant la guerre en 1944. Les drames de La Monique et du Cagou, disparus en mer corps et biens, seront également abordés. Le Cagou, minéralier de la SLN, a sombré quelque part entre Sydney et Nouméa, faisant 38 disparus, et La Monique entre Tadine (Maré) et Nouméa (126 disparus). Hormis le fait que la perte de passagers et de marins calédoniens est encore vive dans la mémoire collective, l’objectif du commandant Nozeran est de faire sortir de l’oubli le sort de nombreux navires, de leurs équipages et de leurs passagers, quelle que soit leur nationalité.