Exposition permanenteCharpentier de marineMusée Maritime

Le 3 juillet 1846, la corvette la Seine fait naufrage dans la passe de Pouébo. 166 ans plus tard, une descendante d'un des deux matelots déserteurs de la Seine visite le Musée.

Un peu d'histoire...

Deux mois après le naufrage de la corvette la Seine, le baleinier anglais Arabian rapatrie le commandant Leconte avec le dernier contingent de son équipage à destination de Sydney. Le 1er Octobre, le navire arrive en rade de Port Jackson. Le 6 novembre 1846, tous les naufragés sont transférés sur le trois-mâts anglais Berkshire, affrêté par le consul de France. Le jour du départ de Sydney pour Bret, deux marins manquent à l'appel : Etienne et Jean Prosper Fabard....

La descendante des déserteurs à Nouméa...

Le 1er décembre 2012, soit 166 ans plus tard, Elisabeth Kebblewhite et Steve son mari, descendante d'Etienne Fabard, passagers d'un navire de croisière en escale à Nouméa, bénéficient d'une visite privée conduite par Véronique Proner, responsable des collections du Musée maritime, et Pierre Larue, membre de Fortunes de Mer Calédoniennes (AFMC).

Cette courte escale à Nouméa fut un moment fort, partagé entre le couple, les membres de AFMC et du musée maritime. Elisabeth Kebblewhite conclura avec une réelle émotion cette visite mémorable. "Je suis fascinée depuis longtemps, et je connais l'histoire du bateau, mais là, de l'avoir sous les yeux, c'est vivant. C'est comme le Titanic. Nous connaissons tous l'histoire, mais de voir les objets du bateau c'est incroyable."