Exposition permanenteCharpentier de marineMusée Maritime

Portrait de Charlotte Gleize, stagiaire de l'Ecole du Louvre

Charlotte a rejoint le Musée Maritime en Août 2010 pour un stage de 2 mois sur l'inventaire de la collection du camp des Français, partie archéologie terrestre de la prestigieuse collection La Pérouse. Son stage va s'achever, nous recueillons ses impressions juste avant son départ pour la métropole.

Charlotte, quel est ton parcours?

J'ai commencé par faire une double licence en Histoire et en Archéologie à l'Université de Provence puis j'ai entrepris un Master recherche en Histoire. A l'issue de ce master j'ai souhaité intégrer la 4ème année de l'Ecole du Louvre pour obtenir un Master en muséologie afin de me spécialiser dans le domaine de la culture et du patrimoine. A l'Ecole du Louvre j'ai choisi la spécialisation "Objet" car cela concerne davantage le traitement des oeuvres (peintures, objets archéologiques, sculpture..) ainsi que l'étude, la conservation, la restauration et leur mise en valeur. Ce qui rejoignait ma formation d'origine en archéologie.

Juste avant de nous rejoindre tu étais en Grèce?

Oui j'ai fait un stage à Delos, une petite île des Cyclades près de Mykonos. C'est par l'intermédiaire de l'Ecole Française d'Athènes que je participe à ce chantier de fouilles. Le chantier se situe dans un des sanctuaires d'Aphrodite qui date de l'époque hellénistique(323 av JC -31 av JC)

Tu as fait un stage de 2 mois pour inventorier les objets du Campement des Français de la collection La Pérouse. Pourquoi avoir choisi ce stage ?

Lors de ma 2ème année de master recherche, j'ai pu étudier des objets antiques de collection sous marine de l'époque hellénistique en Méditerranée . Cela m'a bien plu, je me suis livrée à l'étude d'épaves, de routes maritimes, de cargaisons etc... Lorsque j'ai vu l'annonce pour le Musée de l'Histoire Maritime j'ai pensé que cela serait intéressant de voir une collection sous marine d'une autre époque et d'un autre lieu géographique.

Connaissais-tu la Nouvelle-Calédonie avant ?

Non mais après avoir vu l'annonce, je me suis renseignée. J'ai d'ailleurs vu Elise, la précédente stagiaire de l'Ecole du Louvre, ainsi que Claire Merleau Ponty, professeur à l'Ecole du Louvre et chargée des Relations Internationales qui nous a transmis l'annonce. J'ai rencontré aussi des personnes qui avaient vécu en Nouvelle-Calédonie plusieurs années et qui m'ont parlé de leur expérience. Cela m'a vraiment donné envie de venir.

Qu’as-tu appris lors de ce stage ?

J'ai découvert du matériel d'une tout autre époque. Par exemple la vaisselle est complètement différente. Dans la collection La Pérouse la porcelaine est prépondérante alors que dans l'antiquité elle est inexistante. J'ajouterai aussi la découverte de tous ces objets de navigation de l'époque des grandes expéditions. Véronique m'a initié sur les voyages maritimes et scientifiques du 17ème siècle.

Qu’aurais-tu aimé faire et que tu n’as pas pu faire au cours de ce stage ?

J'aurais aimé plonger pour voir les épaves! J'ai néanmoins pu faire de la prospection aérienne aux environs de la barrière de corail grâce à Jean Paul Mugnier qui m'a gentiment fait faire un tour en avion. Nous avons pu ainsi survoler deux épaves l'Ever Prosperity et le Snark.

Quels sont tes projets ?

Je souhaiterais rester dans le domaine du patrimoine et de l'archéologie. Ce qui n'est pas évident actuellement.

Merci Charlotte et bonne continuation!