Exposition permanenteMusée MaritimeMuseum Week

Portrait d'Hélène Lalie, stagiaire de l'Université de Nouvelle-Calédonie (UNC), juin 2010

Hélène effectue un stage de 3 mois au Musée Maritime pour nous aider dans l'inventaire de nos collections. Avant son départ, nous avons souhaité vous la présenter.

Hélène, quel est ton parcours?

Je suis étudiante à l'UNC en Master 1 "Arts, Lettres et Civilisations" avec une spécialité en histoire du Pacifique. Je fais partie de la première promotion de ce master qui s'est ouvert cette année.

Pourquoi avoir choisi ces études?

Ce qui m’intéresse concerne tout ce qui touche au patrimoine et au passé de la Nouvelle Calédonie. J’ai d’ailleurs effectué un stage de 3 semaines sur le site de l’ancien village minier de Tiébaghi, où, avec 8 étudiants nous avons commencé un travail d’inventaire des objets et des archives du village minier. Inventaire non fini qui reste à poursuivre.

Tu fais un stage de 3 mois pour nous aider dans notre inventaire. Pourquoi avoir choisi ce stage?

Ma directrice de mémoire, Mme Pannoux, qui est aussi mon professeur d’histoire ancienne et de patrimoine calédonien, a reçu un mail de Valérie Vattier qui cherchait un étudiant en histoire pour l’inventaire du Musée Maritime.  Cela m’a tout de suite intéressée car cela concerne un patrimoine, le patrimoine maritime, que je n’avais pas eu l’occasion d’aborder lors de mes études.

Tu parles d'un mémoire, peux tu nous dire quel est le sujet de ce mémoire?

"Les villages miniers : lieux d'interculturalité ou d'altérité",  je dois soutenir mon mémoire de Master en septembre ou en octobre.

Connaissais tu le Musée Maritime de Nouvelle-Calédonie avant?

Je le connaissais de nom mais je ne l'avais jamais visité. Lors de ma formation à l'UNC, nous avons effectué une visite au Musée territorial de la Nouvelle-Calédonie et je vais régulièrement au centre culturel Tjibaou pour effecteur des recherches, mais nous n'avons jamais eu l'occasion d'aller au Musée  Maritime.

Qu'as tu appris lors de ce stage?

J’ai découvert l’histoire maritime de la Nouvelle-Calédonie au travers des objets et de leurs épaves qui se sont échouées au large de la Calédonie. J’ai également vu l’envers du décor du musée : comme le musée est fermé pour réaménagement, j’ai aidé à vider les vitrines d’exposition et à rapporter les objets au dock pour les inventorier.  J’ai aussi appris à marquer du verre car une énorme collection provenant de l’Isabella est en verre. J’ai également appris à identifier des objets concernant l’équipement de bord d’un navire : réa, fémelot, aiguillot, compas etc…

Qu'aurais tu aimé faire lors de ce stage que tu n'as pas pu faire?

Malheureusement je ne verrai pas la fin de l'inventaire, car il y a des milliers d'objets et nous sommes encore loin d'avoir fini. Je ne verrai donc pas les objets de toutes les épaves. Comme chaque épave concerne une époque particulière de la Nouvelle-Calédonie et donne un aperçu de l'époque, je regrette de ne pas être là jusqu'au bout pour avoir une vue d'ensemble de toutes les collections.

Que souhaiterais tu faire par la suite?

Je suis dans une période de doute concernant la suite de mes études. Si je continue cela veut dire que je me lance dans une thèse, autant dire quelques années d'études encore. En fait ce stage à plein temps m'a vraiment donné envie de me lancer dans la vie active. J'aimerais bien pouvoir travailler dans le domaine du patrimoine de la Nouvelle-Calédonie, un musée justement!

Merci Hélène et bonne continuation!

 

Portrait d'Elise Levavasseur, stagiaire de l'Ecole du Louvre

Elise a rejoint le Musée Maritime en Février 2010 pour un stage de 3 mois sur la préparation de l'exposition temporaire sur la Seine. Son stage va s'achever, nous recueillons ses impressions juste avant son départ pour la métropole.

Elise, quel est ton parcours?

Je suis actuellement en 5ème année  à l’Ecole du Louvre à Paris. Cette école forme en histoire de l’art et en archéologie en premier cycle, puis  en muséologie au deuxième cycle. J’y suis entrée sur concours en 2004 juste après le bac, au bout de 3 ans j’ai obtenu mon diplôme en histoire de l’art avec une spécialité en égyptologie. Puis j’ai choisi de faire un stage de 5 mois au Musée de Cherbourg pour travailler sur l’inventaire des collections Océanie et Egyptologie de ce musée.  Ensuite je suis entrée en 4ème année pour préparer mon diplôme en muséologie sur deux ans avec une spécialité en médiation culturelle.

Qu’est ce que la médiation culturelle ?

La médiation culturelle est le lien que crée le musée avec son public. Concrètement cela va de l'élaboration de supports (expos, textes, jeux, audio-guides...) à de la recherche de nouveaux publics et de mécènes.

Pourquoi avoir choisi ces études ?

Toute petite, je voulais être égyptologue. Mais pendant mes études à l'Ecole du Louvre j'ai découvert le monde des musées qui m'a séduit et je souhaite y travailler.

Tu as fait un stage de 3 mois pour la préparation de l’exposition sur l'histoire de la Seine. Pourquoi avoir choisi ce stage ?

Pour valider mon diplôme, je devais faire cette année un stage obligatoire de 3 mois. Ma directrice de master, Claire Merleau-Ponty, a travaillé au centre culturel Tjibaou pour son ouverture et connait bien Valérie Vattier, la directrice du musée. C’est Claire Merleau-Ponty qui m’a mise en contact avec Valérie qui cherchait une stagiaire pour préparer une exposition temporaire.  C’est justement le type de stage que je cherchais. En plus cela me permettait de découvrir la NC.

Connaissais-tu la Nouvelle-Calédonie avant ?

Non mais une de mes amies avait été en stage au Musée l'année dernière, donc je connaissais la Nouvelle-Calédonie par ses récits.

Qu’as-tu appris lors de ce stage ?

Beaucoup de choses. Sur l'histoire de la Nouvelle-Calédonie, sur le monde maritime et j'ai aussi acquis une expérience pratique sur la préparation d'une exposition temporaire. Ce qui va m'être très utile pour la rédaction de mon mémoire de stage.

Qu’aurais-tu aimé faire et que tu n’as pas pu faire au cours de ce stage ?

Suivre l'exposition du début jusqu'à son ouverture au public.

Quels sont tes projets ?

Trouver un poste dans un musée qui ait une taille "humaine". Avoir un poste polyvalent qui me permette de m’intéresser à différents aspects d’un musée. J’aimerais bien travailler sur le montage des expositions car cela touche à la fois à la recherche documentaire, aux objets et au public. Ce stage n’a fait que renforcer mon souhait.

Merci Elise et bonne continuation!