Bannière principaleExposition permanenteLa croisière s'amuse !Mission Bonbons

Exposition temporaire à partir du 13 août 2022

Il y a 100 ans, dans la nuit du 12 au 13 juillet 1922 s’échouait au large de Moindou, le France II, le plus grand voilier du monde.

Construire un cinq-mâts de plus de 140 mètres de long à une époque où la marine à voile est en plein déclin, constitue un pari audacieux pour l’armateur rouennais Henri Prentout.

Pour rester compétitif, les concepteurs décident de l’équiper de deux moteurs diesel qui prendront le relais si le vent vient à manquer. Des aménagements pour des touristes en cure de repos sont également prévus à bord. Mais la Première Guerre mondiale et la mort d’Henri Prentout vont changer le destin du voilier.

Lancé le 13 aout 1913 à Bordeaux, le France II effectuera huit voyages dont cinq vers la Nouvelle-Calédonie pour y charger du nickel.

En 1922, après une ultime escale à Thio, le voilier est drossé sur le récif, au large de Moindou. C’est le début d’une longue agonie de plusieurs décennies.

Aujourd’hui encore, certains Calédoniens se rappellent la silhouette si familière de l’épave visible sur le récif Mara, près de Teremba jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Pour commémorer le centenaire de son naufrage, nous vous proposons de plonger dans l’histoire mouvementée de ce géant des mers, fleuron de la marine marchande à voile.

Au RDC du musée.

  

Affiche