Mission BonbonsBannière principaleExposition permanenteLa croisière s'amuse !Mission Bonbons

Jeudi 13 octobre 2022 à 18h, conférence d’Yves Lefèvre. Dans la limite des places disponibles, durée env 1h

Tout au long du XIXe et au début du XXe siècle, la Nouvelle-Calédonie est desservie par des flottilles de navires à voile, dont beaucoup finissent leur périple, définitivement échoués sur notre grand récif.

Au sein de cette armada, un bateau se détache. Il s’agit du France II. Ce voilier cinq-mâts, réputé être le plus grand du monde, a entretenu une relation particulière avec notre Caillou. Lancé en 1911 par l’armateur Prentout du Havre, il est destiné à transporter du charbon depuis Glasgow, en Ecosse, jusqu’à Thio pour alimenter les fours de la société Le Nickel, avant de repartir, ses cales remplies de nickel, pour approvisionner l’Europe de ce métal recherché.

A son bord, Lucien Lefèvre, recruté par l’armateur en qualité de second capitaine pour ses prouesses de marin - il franchira 14 fois le Cap Horn - mais aussi pour sa parfaite connaissance des côtes de Nouvelle-Calédonie. En effet, arrivé en 1900 pour la première fois sur l’île, il épouse Jeanne Giraud, une jeune fille de Thio, village où il s’établira jusque dans les années 30.

En 1914, Lucien Lefèvre est mobilisé pour convoyer le Tayo, premier remorqueur à vapeur destiné à la Nouvelle-Calédonie. En 1922, hasard de l’histoire, alors qu’il commande à nouveau ce navire, il sera le premier sur les lieux de l’échouage du France II sur le grand récif, en face de Teremba.

En parallèle de l’exposition « France II le destin brisé du plus grand voilier du monde », Yves Lefèvre, petit-fils de Lucien Lefèvre, se propose de vous raconter, au travers de l’histoire de son aïeul, l’épopée tragique de ce géant des mers qui signe la fin de la suprématie de la marine à voile sur les mers du globe.

YvesLefevre_CollLefevre

Jeudi 29 septembre 2022 à 18h, entrée libre

Conférence de Michel Lardy, géophysicien

Les deux îles de Matthew et Hunter perdues à plus de 500 km de la Nouvelle-Calédonie sont des sommets de volcans immergés nés à la frontière des plaques australienne et pacifique. Ils sont situés à l’extrême sud de l’arc insulaire des Nouvelles Hébrides qui s’étend au nord du Vanuatu jusqu’à l’île volcanique de Tinakula (archipel des Salomon) et s’intègrent dans la ceinture de feu du Pacifique.

Ce n’est qu’à la fin du XVIIIème siècle que des navigateurs européens ont découvert ces îlots et Matthews’s Rock figure sur une première carte établie en 1791.

Trois expéditions scientifiques, des navires marchands et une douzaine de baleiniers ont approché ces îles au XIXème siècle. Quelques cartes, dessins, journaux de bord et rapports de voyages permettent de reconstituer une histoire éruptive succincte depuis leur découverte.

Sur le plan de la souveraineté, les deux îles sont régulièrement revendiquées par le Vanuatu depuis l’indépendance de l’archipel en 1980.

Michel Lardy, qui a réalisé de nombreuses missions pour l’Institut de Recherche et Développement (IRD) et a séjourné sur ces deux îles, se propose de vous faire découvrir l’histoire d’Hunter et de Matthew depuis…. 234 années ! 

Lardy_IRD

Jeudi 11 août 2022 à 18h, entrée libre

Le problème de la longitude est l’une des questions scientifiques majeures du siècle des Lumières.

En effet pour calculer la longitude d’un point donné, il faut pouvoir embarquer à bord d’un navire une horloge, réglée sur l’heure du méridien d’origine, pour la comparer à l’heure locale. Mais encore faut-il que cette horloge ne se dérègle pas malgré l’humidité, l’air salin, l’agitation de la mer et les vibrations du navire !

Une compétition internationale vive s’engage pour trouver la réponse, notamment entre l’Angleterre et la France. La solution viendra de Grande-Bretagne. Après la perte d’une de ses flottes sur les îles Scilly, au sud de l’Angleterre, le Parlement britannique, dans son Décret de Longitude de 1714, propose une récompense de 20 000 livres à qui trouverait une méthode capable de déterminer la longitude en mer. Le défi aussi bien intellectuel que matériel est lancé.

En 1760, l’horloger anglais John Harrison, un génie de la mécanique, est celui qui ouvre la voie de la science du chronomètre de précision portable. Il consacre sa vie à ce projet et réussit là où Newton craignait que ce fut impossible.  Il invente une horloge qui donne l’heure réelle depuis le port de départ, jusqu’à n’importe quel point éloigné du monde.

Quelques années plus tard, l’explorateur anglais James Cook embarquera une réplique de ses horloges lors de son 2nd voyage de circumnavigation (1772-1775).

Lluis Bernabé vous invite à explorer cette quête passionnante du temps !

Captation de la conférence par la chaine TV Caledonia, en visionnement sur

https://youtu.be/l93c4D7OxmM

  

Visuel_Royal_Museums_Greenwich

Conférence de Christiane Terrier, docteure en Histoire

Jeudi 12 mai à 18h, entrée libre dans la limite des places disponibles (durée env.1h)

Alors que de nombreux ports, incluant celui de Nouméa, sont actuellement durement affectés par l’interruption du tourisme de croisière - due à la pandémie mondiale de la Covid - on ignore bien trop souvent les effets dramatiques de la Guerre du Pacifique sur cette activité.

L’offensive japonaise, qui débute en décembre 1941, vient interrompre plusieurs décennies d’accroissement régulier du nombre de croisiéristes.

D’Hawaï à Tahiti, en passant par l’Australie et la Nouvelle-Calédonie, ce type de tourisme commence, au XIXème siècle, par quelques voyageurs fortunés se déplaçant par leurs propres moyens ou utilisant les lignes maritimes existantes.

Puis, à la veille du second conflit mondial, leur succèdent des croisières régulières progressivement destinées au plus grand nombre.

Christiane Terrier  souhaite vous embarquer pour une remontée dans le temps et vous faire découvrir cet épisode méconnu de l’histoire du Pacifique et de la Nouvelle-Calédonie.

 

ANC

SOKOWASA, une étude sur la santé des écosystèmes marins

Conférence - Restitution de Cécile Dupouy (IRD)

Jeudi 14 avril 2022 à 18h, entrée libre dans la limite des places disponibles

Evaluer l’état de santé des écosystèmes marins dans des zones d’intérêt écologique au sud des îles Fidji. Telle est la mission de la campagne océanographique SOKOWASA, menée par une équipe de scientifiques de l’IRD et de l’University of the South Pacific à Suva.

Grâce à une technologie de pointe permettant l’observation en continu de la couleur de l’eau par un drone submersible - le SeaExplorer - les scientifiques cherchent à mesurer les effets du changement climatique et de l’anthropisation des milieux sur l’environnement insulaire du Pacifique sud-ouest.

Entre la baie de Laucala et l’île de Kandavu, au sud de l’archipel fidjien, un panache coloré d’eau, très visible par satellite, issu de la riviève Rewa se répand lors de fortes pluies et affecte la richesse halieutique et corallienne de cette zone. Les chercheurs évaluent l’impact de ce déversement en analysant la relation entre le carbone dissous fluorescent et les premiers maillons de la chaîne alimentaire pélagique.

De retour d’expédition, Cécile Dupouy, océanographe, a tenu à vous présenter en exclusivité les premiers résultats de ces recherches.

Captation de la conférence par la chaine TV Caledonia sur

https://youtu.be/VIe6qAWwynE

 

CouleurEauConfIRDBD