Exposition permanenteMusée Maritime

Exposition permanente

Relié, être relié...

A l'appui d'une collection de près de 2000 objets provenant essentiellement des épaves de Nouvelle-Calédonie et du site du naufrage de La Pérouse, découvrez toute la richesse de l'histoire maritime, de ces liens croisés entre les terres, les continents, les hommes et les femmes qui ont sillonné les mers.

Par le biais d'une muséographie dynamique et novatrice, l'exposition permanente valorise ce maillage, ces liens croisés entre les hommes et les femmes, les terres et les continents au travers d'un concept fort :"Relier - Etre relié".

Pénétrez au coeur du musée et découvrez les quatre grandes thématiques de notre espace d'exposition permanente.

 

 

La Pérouse, une expédition au siècle des Lumières

©Dell'Erba
©Dell'Erba
©Dell'Erba
©Dell'Erba
©Dell'Erba
©Dell'Erba

En 1785, une grande expédition maritime, commandée par Jean-François Galaup de La Pérouse, quittait Brest pour un voyage de découvertes dans le Pacifique qui devait durer quatre ans. Mais les deux navires de l'expédition, l'Astrolabe et la Boussole, ne rentreront jamais en France.

Par la mise en valeur d'une collection exceptionnelle d'objets archéologiques sous-marins, plongez au coeur de cette passionnante histoire, des préparatifs de l'expédition jusqu'aux recherches entreprises depuis la découverte du site du naufrage à Vanikoro, aux Iles Salomon.

 

Voiles du commerce, dans le sillage des géants de la mer

©Dell'Erba
Roanoke ©Maine Maritime Museum
©Dell'Erba
©Dell'Erba

La richesse, la spécificité et l'exploitation des ressources locales - bois de santal, holothuries, guano, puis nickel découvert en 1864 par Jules Garnier - ont été à l'origine d'un trafic maritime intense entre la Nouvelle-Calédonie et le reste du monde.

Parmi ces "géants de la mer" qui ont navigué le long des côtes de Nouvelle-Calédonie, explorez l'histoire du France 2 ou du Roanoke, deux des plus grands minéraliers à voile du monde ou plongez au coeur de l'incroyable collection du Tacite, ce grand voilier de commerce qui, à la veille des fêtes de Noël 1873, venait approvisionner les magasins de la Nouvelle-Calédonie.

 

Liaisons calédoniennes, trafic maritime dans le lagon

©Dell'Erba
©Dell'Erba
©Dell'Erba

Jusqu'au milieu du XXème siècle, le ravitaillement et le transport des hommes et des femmes d'un point à l'autre de la Nouvelle-Calédonie s'effectuaient par la mer. Pirogues, cotres puis caboteurs à voile et à vapeur rythmaient la vie des Calédoniens.

Face à un trafic croissant, un balisage maritime s'est progressivement mis en place dès le milieu du XIXème siècle, avec notamment l'édification du phare Amédée, véritable symbole architectural de cette époque.

Laissez-vous embarquer par cette histoire maritime, tragiquement marquée par le destin de la Monique, caboteur qui disparut corps et biens dans la nuit du 31 juillet 1953, entre Maré et Nouméa.

 

Migrations maritimes, embarquement pour la Nouvelle-Calédonie

©Dell'Erba
©Dell'Erba
©Dell'Erba
©Dell'Erba

Jusqu'au milieu du XXème siècle, la Nouvelle-Calédonie connaît plusieurs vagues de peuplement, marquées en tout premier lieu par l'arrivée de la population océanienne, il y a plus de 3000 ans.

Après la découverte de l'archipel par les Anglais en 1774, puis la prise de possession par la France en 1853, laissez-vous guider par ces grands courants de migrations maritimes, à l'origine d'une très riche mosaïque culturelle présente aujourd'hui sur le territoire calédonien.

Prolongez votre voyage en revivant le débarquement des Américains en Nouvelle-Calédonie pendant la Deuxième Guerre mondiale.