Bannière principaleExposition permanenteLa croisière s'amuse !Mission Bonbons

Jeudi 27 octobre 2022 à 18h

Conférence de Raymond Proner, membre du musée maritime de Nouvelle-Calédonie, entrée libre dans la limite des places disponibles, durée env 1h.

En pénétrant dans l’espace central du musée maritime, une pièce énorme attire le regard. Faites de bois, de cuivre et de bronze, posée verticalement sur le sol, sa partie supérieure se perd dans la charpente du toit.

Cet objet, connu des initiés, est un safran et pas n’importe lequel, celui du Roanoke, le plus grand voilier en bois de son temps. Elément de l’appareil à gouverner sur un navire, il s’oriente dans la direction que lui imprime le marin qui tourne la barre à roue, suivant les instructions du capitaine.

Au travers de cet objet exceptionnel, le musée vous invite à découvrir la riche histoire du Roanoke, de son lancement à Bath dans le Maine aux Etats-Unis en 1892 jusqu’à son incendie en août 1905 en baie de Néhoué non loin de Koumac. Navire de commerce aux dimensions impressionnantes, il a la réputation d’être « un bon marcheur ». Pendant 13 ans, il parcourt tous les océans du globe et connait de nombreuses « fortunes de mer ».

Mais la vie à bord des grands voiliers de cette époque n’est pas facile. Aux pénibles et dangereuses conditions de navigation dans le mauvais temps, qu’aggrave le froid dans les hautes latitudes, s’ajoute souvent une discipline de fer dont les chants de marins ont gardé la trace «…les forçats de Cayenne sont plus heureux que nous… » chantent-ils pendant les manœuvres. Que s’est-il donc passé à bord du Roanoke le 9 août 1905 en fin d’après-midi ? Comment le feu a-t-il pris dans le poste d’équipage ? Un accident ? Pas si sûr…

Safran_RoanokeCredit