Exposition permanenteMusée Maritime

Portraits et Témoignages

Cette rubrique vous offre un choix de témoignages ou de portraits audio de personnages contemporains
de Nouvelle-Calédonie racontant leur histoire et leur vécu sur un sujet maritime.
Pour plus de clarté,  vous pouvez écouter les témoignages tout en les lisant.
Cet espace est évolutif et sera progressivement alimenté par de nouveaux récits.

Août 2011…

Je suis entré aux « Phares et Balises » en 1969, le 28 avril pour être plus précis. J’entame ma 43ème année dans le service des Phares et Balises et j’y travaille toujours avec autant de plaisir! 

…La nuit d’un gardien de phare, c’est fait de veilles bien entendu, c’est fait de l’allumage du phare, c’est fait aussi de l’observation de l’extérieur, de tout l’environnement qu’il y a autour. On est à l’intérieur des terres, en altitude, et donc on a un ressenti lors de ces nuits, je dirais « calmes » entre guillemets, parce que jamais aucune nuit n’a ressemblé à une autre. Toutes les nuits sont magiques, il n’y en a pas une qui est pareille à l’autre et à chaque fois, on est pris par la magie. On a cette sensation de solitude intense, d’être tout seul à ce moment-là, c’est difficile à décrire, c’est des sentiments qu’on ne peut pas exprimer par des mots.

Il faut savoir qu’en 1995 nous avons commencé une campagne d’éclairage des routes maritimes des îles du nord de la Nouvelle-Calédonie, entre Poum et les îles Belep.

Un beau jour, j’ai reçu un coup de fil d’une personne de cette région qui m’a remercié d’une façon chaleureuse d’avoir mis un balisage. Elle m’a expliqué la chose suivante : étant parti avec deux amis à la pêche sur une petite embarcation, celle-ci a coulé et ils se sont retrouvés à la nage dans la patouille. Naturellement il y avait une mer pas formée mais dans la nuit noire, le seul repère qu’ils aient eu, c’était les feux qui étaient positionnés sur le récif de l’île Yandé. Deux personnes ont été sauvées grâce à cela et la  troisième personne a malheureusement disparu avec le bateau. Mais deux personnes ont été sauvées et c’était une de ces personnes qui m’avait appelé. Vous voyez, aujourd’hui encore, j’en ai une émotion forte parce que ça, c’est quelque chose de formidable, ce qui justifie une carrière, la totalité d’ailleurs. Si je n’étais pas convaincu aujourd’hui que ce que l’on fait est utile, ce jour-là j’ai su que je servais à quelque chose.