Exposition permanenteBannière principale

Conférence de Christine Bousquet, Maître de conférences HDR en histoire du Moyen-Âge

Jeudi 5 mars 2020 à 18h, entrée libre dans la limite des places disponibles (durée env 1h)

Reliant la Chine à la Méditerranée, via l'Asie centrale et l'ancienne Perse, traversant des paysages majestueux, la route de la soie se construit sur un réseau d'itinéraires terrestres et maritimes de plusieurs milliers de kilomètres. Parcourue depuis l'Antiquité par les caravanes asiatiques, les marchands occidentaux -comme la célèbre famille Polo- les pèlerins et les missionnaires, cette route emblématique permet la diffusion des savoirs et des marchandises.

Parmi celles-ci se trouve la soie. Une matière rare et précieuse dont le secret de fabrication est sévèrement gardé par les chinois. Particulièrement appréciée par les Occidentaux, la soie arrive ainsi sur les bords de la Méditerranée dès le IIème siècle avant JC.

Christine Bousquet, historienne du Moyen-Âge, vous propose de partir à l'aventure, sur les traces de ces voyageurs qui, grâce à la route de la soie, ont permis de mettre en contact des mondes très éloignés. Une dynamique qui trouve de nouvelles répercussions de nos jours.

 

          Crédit Une caravane en Asie centrale, détail du manuscrit Atlas catalan, 1375, BnF Crédit Une caravane en Asie centrale, détail du manuscrit Atlas catalan, 1375, BnF

Samedi 30 novembre 2019 dès 14h30

Dans le cadre du cinquantenaire de la Société d’Etudes Historiques de la Nouvelle-Calédonie (SEH-NC), le musée maritime de Nouvelle-Calédonie a le plaisir d’accueillir trois conférences proposées par cette importante institution qui partage son action entre la recherche historique, la publication de ses travaux et la transmission du patrimoine calédonien.

La vie et l’œuvre de Louis Antoine de Bougainville, par le Professeur Gabriel Valet, président de la SEH-NC,  à 14h30

Louis Antoine de Bougainville (1729-1811) nommé capitaine de vaisseau dirige en 1766, à bord de la Boudeuse, la première expédition française autour du monde qui durera 28 mois.

Fort de son expérience, il sera également sollicité pour préparer plusieurs autres expéditions maritimes, dont celle de Lapérouse et celle de Nicolas Baudin sur les côtes australiennes.

Ernest Massoubre, industriel et homme politique, par Jerry Delathière, vice-président de la SEH-NC,  à 15h45

Ernest Massoubre (1888-1943), industriel et homme politique calédonien est le créateur, à Nouméa, des Forges françaises de l’Océanie (ateliers Massoubre), spécialisées dans la réparation de navires. Devenu maire de Nouméa dans les années trente, il participe au ralliement à la France Libre et accueille les troupes américaines en mars 1942.

La collection de coquillages et animaux marins de Joseph Banuelos cédée au général Alexander Patch, par Jean-François Burck, membre du Conseil d’Administration de la SEH-NC, à 17h

En 1942, lors de sa présence en Nouvelle-Calédonie, le Général Patch admire la collection de coquillages et poissons que possède, dans son hôtel de La Foa, Joseph Banuelos. Ce dernier, lui promet alors de la lui donner si les Américains remportent une grande victoire… Cette collection repose aujourd'hui à la Smithsonian Institution, à Washington.

Durée env. 1h pour chaque conférence

Entrée libre dans la limite des places disponibles

SEHtest

Conférence de Dominique Barbe, maître de conférences à l'Université de Nouvelle-Calédonie

Jeudi 17 octobre à 18h, entrée libre dans la limite des places disponibles (durée env. 1h)

Le portugais Magellan (vers 1480-1521), fut à l'origine de la première circumnavigation (1519-1522) et de la première traversée de l'océan Pacifique. Il mettait ainsi définitivement fin au débat pour savoir si la terre était ronde.

Mais si Magellan est bien l'un des plus grands navigateurs de tous les temps, on peut douter de ses capacités d'explorateur. Hanté par les rêves et l'imaginaire de son époque, il cherche et ouvre une route au milieu d'un océan vers les îles aux épices. Il parcourt le Pacifique, du détroit qui porte son nom aux Philippines en trois mois et vingt jours ne rencontrant que deux atolls vides et Guam.

Poudre et arquebuses sont alors les moyens préférés des Européens pour négocier avec les populations rencontrées. Ils sont aussi soucieux de les convertir au christianisme. Magellan et ses lieutenants sont bien plus des hommes de la Reconquista que des explorateurs soucieux de comprendre les mondes qu'ils rencontrent.

Dans le cadre de la commémoration des 500 ans de l'incroyable épopée de Magellan, Dominique Barbe nous dévoile l'envers d'un voyage qui a changé durablement la perception du monde et qui fut tout sauf pacifique...

En partenariat avec l'Université de Nouvelle-Calédonie

          Magellan franchissant le détroit qui porte son nom et entrant dans le Pacifique, gravure sur cuivre d’après Stradanus, dans Théodore de BRY, America pars quarta, Frankfurt 1594, livre 4 des voyages Magellan franchissant le détroit qui porte son nom et entrant dans le Pacifique, gravure sur cuivre d’après Stradanus, dans Théodore de BRY, America pars quarta, Frankfurt 1594, livre 4 des voyages

Un siècle d'histoire en Nouvelle-Calédonie

Causerie d’Alain Le Breüs, secrétaire de l’association du Musée maritime de Nouvelle-Calédonie

Jeudi 26 septembre 2019 à 18h, entrée libre dans la limite des places disponibles

Le scaphandrier, cet explorateur des fonds sous-marins, a toujours suscité un certain mystère. Dominant un environnement hostile, bardé de plomb et de tuyaux, il reste pour beaucoup un être étrange, sa tenue et sa démarche pesante contribuant à cette réputation…

Pendant près d’un siècle, de 1875 à 1975, une dizaine de scaphandriers, dits pieds-lourds, interviennent dans le port de Nouméa pour la construction des quais. D’autres plongent pour la pêche aux huîtres perlières ou la participation à des opérations sur des épaves.

De 1957 à 1967, avec 10 ans de retard sur la métropole, le beau lagon calédonien a ses « pionniers » de la plongée autonome mais avec malheureusement ses drames. Pour beaucoup, cette activité est une découverte du milieu sous-marin.

A l’appui d’un conséquent travail de recherche, Alain Le Breüs vous propose de plonger sous la surface de l’eau, à la découverte de l’incroyable et périlleux univers des pieds-lourds…

Captation de la conférence par la chaîne TV Caledonia :

https://www.youtube.com/watch?v=8Iif3bg8gV0&list=PLizWFZKHy2VN904Vzc8D0OgRKPo-nvrLm&index=3&t=0s

Renaissance de la navigation traditionnelle océanienne

Jeudi 11 juillet à 18h, entrée libre dans la limite des places disponibles (durée env 1h)

La venue en Nouvelle-Calédonie d'une pirogue double du Vanuatu s'inscrit dans un voyage, le "Melanesian Vanua Tour" qui cherche à rallier le mouvement de renaissance de la navigation traditionnelle océanienne. Des pays tels que le Vanuatu, la Nouvelle-Zélande et Fidji participent à cet essor en s'équipant de pirogues de haute-mer de type Vaka Motu et Vaka Moana, telle qu'Okeanos Vanuatu.

Partie de Port-Vila le 27 juin, cette pirogue est arrivée sur Ouvéa le lendemain. Les objectifs de cette traversée sont multiples : démontrer la faisabilité d'une desserte maritime à bord de grandes pirogues entre les archipels du Vanuatu et de la Nouvelle-Calédonie, permettre aux Calédoniens d'expérimenter la navigation en haute mer et échanger sur les savoirs ancestraux liés à la mer.

Le Musée maritime de Nouvelle-Calédonie est heureux de vous convier à une rencontre avec le capitaine John Damilip, qui vous relatera ses expériences de navigation. Il sera accompagné d'Aïlé Tikouré, originaire de l'Ile des Pins, formé à la construction des pirogues ainsi qu'à la navigation ancestrale et président de l'association Kenu One Project.

Captation de la conférence par la chaîne TV Caledonia

https://www.youtube.com/watch?v=_Dn7On7BDU8&list=PLizWFZKHy2VN904Vzc8D0OgRKPo-nvrLm&index=24

          Ph. Okeanos Foundation for the Sea Ph. Okeanos Foundation for the Sea